Vous êtes ici : Home > 20 mois, Lui, Veganisme > 20 mois, et pourquoi on n’est plus très bavard

20 mois, et pourquoi on n’est plus très bavard

On se rend bien compte sur ce blog que nous avons dévié de notre intention originale de partager notre quotidien de famille vegan dans le moindre détail. Cela tient à plusieurs choses. D’abord, parce qu’un gamin de pas loin de 20 mois, je peux te dire que ça remplit bien tes journées et qu’une fois qu’il est couché le soir, ça te laisse lessivé au point que tu as surtout envie de t’affaler dans le canapé à côté du parent 2 (hinhin) et ne rien faire de stimulant physiquement ou intellectuellement.

Mais c’est surtout qu’être des parents vegans d’un bébé vegan en France, ça te rend très rapidement parano. Et malheureusement peut-être à raison. Il suffit de voir les nombreux articles dans la presse ces derniers mois sur notre régime alimentaire, et surtout les commentaires absolument atroces qui les accompagnent, ou encore les reportages télévisés, comme celui de 66 minutes en avril dernier qui permettait d’apprendre qu’on peut légitimement dénoncer des parents vegans aux services sociaux. Et puis il y a aussi cette histoire atroce du petit Joachim qui nous a horrifiés à un tel point que nous espérions du fond du cœur que ce soit un hoax.

Du coup, on apprend vite à se méfier de tout et de tout le monde. A ne se confier qu’à une poignée de personnes en qui nous avons toute confiance et, malheureusement, à nous isoler. Pour vivre heureux, vivons cachés. Et mentons. Aux amis, aux collègues, aux médecins. Ou montrons nous moins loquace, comme avec vous. On se tient aussi éloigné d’une certaine frange de vegans, vous savez, les clichés hautains, condescendants et donneurs de leçons, ceux qui font que le reste de la population a plus envie de nous cracher à la figure que de nous serrer la main.

Mais ça n’empêche pas de vous donner des nouvelles de notre p’tit radis. Presque 20 mois donc, mais qui s’habille majoritairement en trois ans. Il est tout en haut de la courbe de taille, presque au dessus de celle du poids, mon pépère, et tu peux les calquer sur les miennes à son âge, moi le bébé 100% élevé au biberon de lait de vache. Ses aliments préférés sont le brocoli, la banane, la compote de pomme et le yaourt de soja (sans morceaux de fruit, attention). Il marche évidemment, même s’il court la plupart du temps, et il est fort comme un turc. Du genre à faire des tractions sur le bord d’une table pour voir le chat qui est couché dessus. Il n’a été malade qu’une fois, une bronchiolite l’hiver dernier. On ne lui a jamais coupé les cheveux et sa coiffure est dans le plus pur style McGyver, avec la nuque longue. Il fait des bisous. Il sert dans ses bras. Il gazouille, il répète ce qu’il entend, il chante. Il adore les toboggans et les bulles de savon. Il essaie de s’habiller tout seul, ce qui se traduit souvent par un bermuda sur la tête et la chaussure droite sur le pied gauche. Il se frotte le ventre sous la douche et insiste pour se rincer lui-même les cheveux. Il lui reste encore ses quatre canines à sortir, ainsi que quatre molaires. Depuis hier, nous lui avons présenté le pot, pour un succès encore mitigé.

Ce mois-ci, nous partirons pour la première fois tous les trois en vacances, pour lui présenter la mer, cette piscine géante, et la plage, ce bac à sable infini.

  • Digg
  • Del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • Twitter
  • RSS

3 réponses à “20 mois, et pourquoi on n’est plus très bavard”

  1. Lotuspensif dit :

    Je suis végétarienne et commence à prendre votre chemin, en partie parce que ce blog montre que c’est possible sans mourir dans la minute ou devenir martienne. Mais je suis discrète même chez moi, donc je comprends votre discrétion sur la toile. Mon conjoint, qui a toujours soutenu mon passage au végétarisme (sans le devenir lui-même) trouve que végétalienne « ce serait vraiment excessif ».
    Donc j’ai juste cessé d’acheter des œufs et des laitages et de la vitamine B12. Par contre je ne suis pas très sure de mes capacités à équilibrer correctement mes repas… Pour mon propre radis, qui est lui aussi en super forme, je n’ose pas supprimer tout apport d’alimentation d’origine animale car il n’a pas de supplémentation. Mais si j’en ai un autre, je serai peut être plus préparée.
    Merci pour ce blog !!!

  2. J’adore lire de vos nouvelles, et du ptit radis :)
    Je n’ai pas encore d’enfants, mais la discussion de sa future alimentation pose déjà des problèmes dans mon entourage et même parmi mes collègues ! C’est assez insupportable de se faire agresser parce-qu’on me pense « maltraitante » envers mes propores enfants pcq je lui refuse de la viande… (surtout que je n’ai pas encore d’enfant, rappelons-le^^)
    Du coup, je retiens votre phrase : « pour vivre heureux, vivons cachés » et j’ai décidé d’arrêter de trouver milles justificatifs pour essayer de faire entendre quelque chose à mon entourage, je vais plutôt me taire, vivre comme je l’entends et arrêter de me faire souffrir pour rien !
    Continuer votre blog, c’est super ce que vous faites !

  3. Fannie B. dit :

    Bonjour,

    Je suis désolée et atterrée de lire ce que vous racontez. C’est un vrai scandale, surtout que nombre d’instances scientifiques et de professionnels de la santé au niveau mondial reconnaissent les bienfaits d’un régime végétalien pour tous.

    Opter pour des choix de vie sains et éthiques, pour soi et pour la planète, et être forcé de tout vivre caché. Ça pas de bon sens. Je ne comprends plus la France (terre natale de mon papa) ou peut-être qu’au contraire, je la saisis très bien.

    Ici à Montréal, je n’ai pas rencontré dans le corps médical de professionnels qui se soient énervés de mon végétalisme. On ne m’a pas fait la morale. Il est vrai que je ne le crie pas sur tous les toits lors de mes visites médicales et suivi de grossesse (à tort sans doute) mais lorsque l’alimentation est abordée, je le dis. Je vais accouchée début septembre. Par contre deux nutritionnistes (par ignorance peut-être) m’ont drôlement mal informé sur certains aspects. L’un m’a carrément mis en garde.

    J’ai demandé à mon médecin de famille de faire un bilan sanguin et je consulte maintenant une nutritionniste extraordinaire qui promeut le végétalisme depuis 20 ans. À part une légère anémie et un léger diabète gestationnel, tous deux liés à la grossesse, mon bilan est normal.

    Mes proches savent que notre couple est végétalien et ne s’en énerve pas non plus vraiment (du moins devant nous car je sais que ça se discute fort en notre absence). C’est là où le bât blesse : en société. Je cache mes réels motifs (éthiques) et je me fais discrète en général mais si je m’écoutais réellement, j’en parlerais dès que l’occasion se présente. Un jour, j’y arriverai.

    Votre blogue est une belle source d’inspiration. Continuez!

    Bon courage,

    Fannie

Laissez un commentaire


neuf − = 8

Copyright © 2010 Famille vegan. All rights reserved. Powered by Wordpress