Vous êtes ici : Home > Allaitement, Coup de gueule, Elle > Pourquoi les pro-allaitement me sortent par les yeux

Pourquoi les pro-allaitement me sortent par les yeux

(Tin tin tin, titre choc, t’as vu ?)

C’est un sujet sans fin. LE sujet qui divise les mères, LA question qu’on vous pose lorsque vous devenez maman. BIBERON OU SEIN ? Et puis plus tard : T’AS ALLAITE ? Oui ok, MAIS COMBIEN DE TEMPS ? Juste un peu pour dire que tu l’as fait ? Le temps réglementaire ? Ou alors un peu plus longtemps façon mère fusionnelle incapable de se décrocher de son rejeton ? Ou alors tu donnes le biberon ? Ah bon. Dommage.

Bref, moi tout ça ça commence à me gonfler grave. Et je ne vais pas me faire des ami(e)s, mais pour le moment celles qui me gonflent le plus ce sont quand même les pro-allaitement. Pas toutes hein, me jetez pas de cailloux, j’ai des copines qui allaitent et je trouve ça génial parce que bien sûr que l’allaitement c’est mieux pour le bébé et bien sûr c’est plus que de l’alimentation etc. etc. OUI, l’allaitement est meilleur pour le bébé. Mais bordel, le truc que je ne supporte plus c’est de lire de la merde sur le sujet du biberon vs allaitement.

Le problème, quand on est un peu branchée nature bio cododo machin machin, c’est que les histoires d’allaitement, on peut pas trop y couper. Et je trouve ça vraiment génial hein, tous ces groupes de soutien, me faites pas dire ce que j’ai pas dit ; je trouve ça top qu’on soit aujourd’hui capable d’entendre que si belle-maman dit qu’on n’a pas assez de lait, c’est sans doute une connerie, ou qu’il ne faut pas écouter les puéricultrices qui disent d’allaiter à heures fixes. Tout ça c’est bien cool et même nécessaire et c’est génial si ça peut aider des mamans à allaiter. Par contre ya quand même des trucs qui me sortent par les yeux. Allez, j’te fais un best-of.

- les allaitantes qui la ramènent tout le temps avec leurs nichons : récemment sur Facebook je suis tombée sur une bande-dessinée mettant en scène une maman les yeux cernés qui prépare un biberon et oublie à combien de doses de lait en poudre elle en était. Le truc c’était genre « ça vous est déjà arrivé ? », le but étant que les mamans commentent et disent « ohlala oui moi à 3h du matin tout le temps ». Genre on en chie mais on est solidaires quoi. Tu le vois venir le truc ? BINGO ! J’aurais pu le parier qu’une bande de nanas allait débarquer et dire « avec l’allaitement on a pas ce problème hihihi » ou encore « moi j’ai pas besoin de dosettes dans les seins mdrrr ».

- « Quand on veut, on peut » : Tiens, mange ça. T’as pas réussi à allaiter ? Fallait t’accrocher mémère ! Et là généralement la nana te sort la liste des emmerdes qu’elle a eues : pic de croissance terrible, mastite, engorgement, blablabla. Bravo madame, tu veux une médaille ? Ou tu veux ma propre liste, vachement plus longue que la tienne histoire que tu me pardonnes d’avoir arrêté ?

- »Donner le biberon c’est un choix » : C’est un peu le prolongement de la phrase du dessus. Que si t’as donné le biberon, c’est quand même un peu par facilité, allez avoue, t’avais juste envie de dormir un peu plus, hein ;) Non mais ça fait rien tu sais, tu as le droit de faire passer les besoins de ton bébé après les tiens, chacun son choix ;) ;) (valable aussi pour les mamans qui achètent des horreurs nommées poussette et osent faire dormir leur bébé dans une chambre séparée).

- « le lait maternisé donne le cancer » : J’ai lu ça sur un groupe facebook anglophone qui publiait un article vantant les bienfaits du lait maternel en matière de protection contre le cancer. Sauf que la  nana ajoutait que si on voulait bien faire, il faudrait non pas dire que le lait maternel protège du cancer mais que le lait maternisé aide à le développer. Quelle horreur.

- Ça :

« Les 3 premières semaines d’allaitement sont les plus dures. Après 6 semaines, ça devient plus facile. A 3 mois vous êtes désolée pour les mamans qui doivent faire des biberons ». Euh, pardon ? Déjà moi à 6 semaines ce n’est pas devenu plus facile, c’est là que mon fils a atterri à l’hosto pour « dénutrition ». Ensuite, je n’ai pas besoin qu’on soit désolé pour moi ! De quel droit une mère qui allaite devrait-elle se sentir désolée pour moi ? Honnêtement, c’est très dur pour moi d’avoir arrêté l’allaitement mais ça aurait très bien pu être un choix et dans tous les cas, je ne trouve pas ça contraignant de faire des biberons. Sans déconner, ça prend 3 minutes, ici on le chauffe même pas, il suffit de mettre l’eau, compter, secouer, point barre. Ne soyez pas désolées pour moi. Cette image est horrible parce qu’elle est extrêmement condescendante. Je n’ai pas besoin qu’on me regarde d’un air triste quand je donne le biberon ! Mon histoire d’allaitement est triste, je vous l’accorde, mais ça la maman allaitante lambda ne le sait pas et je n’ai pas besoin qu’on me juge et qu’on soit désolée pour moi. Ça me rappelle un peu cette photo d’une mère en train de donner le sein devant un rayon de lait maternisé. C’est sûr que quand on est vegan ça prend un autre sens, ya pas de Modilac Riz dans le rayon du supermarché en question mais globalement, ça me met vraiment mal à l’aise, genre « nananèreuh ».

Globalement, si je devais résumer, et je le dis quitte à passer pour une sale aigrie, je dirais que je ne supporte plus de lire que si on veut allaiter, on peut forcément le faire. Oui, on le sait, on nous le rabâche suffisamment, le manque de lait c’est très rare, et pour les médicaments on trouve généralement une alternative qui n’oblige pas à arrêter l’allaitement, etc. etc. Je trouve ça très bien qu’on dise aux mamans que oui il y a des obstacles, que oui c’est parfois dur au début mais que oui on peut y arriver malgré tout. Ce que je n’aime pas, c’est qu’on oublie souvent de dire que parfois, c’est juste tellement le bordel que ça peut ne plus fonctionner, pas de cette manière-là. On ne dit pas non plus que ce n’est pas grave d’arrêter d’allaiter. Moi il m’a fallu 18 mois pour l’admettre, ça pique encore un peu au fond si on creuse mais pourtant j’en suis aujourd’hui convaincue : ce n’est pas grave de ne pas allaiter. A force de nous bassiner avec ça (et je comprends que ce soit mieux d’allaiter en Afrique plutôt que de préparer des biberons avec de l’eau dégueulasse et du lait Nestlé, mais aux dernières nouvelles on vit en France et on n’est même pas obligés de donner du lait de vache), on érige en modèle la femme qui allaite, et on fait passer la mère qui donne le biberon pour une feignasse, ou une femme qui a lâché l’affaire trop vite (encore pire si elle a donné le biberon dès la maternité !).

Et tu sais c’est quoi le pire ? C’est que si ça se trouve, j’aurais raconté exactement le même genre de daubes si j’avais réussi à allaiter. Alors au final, c’est peut-être un mal pour un bien : foirer mon allaitement m’aura peut-être tout simplement évité de devenir une grosse connasse. A+ !

  • Digg
  • Del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • Twitter
  • RSS

43 réponses à “Pourquoi les pro-allaitement me sortent par les yeux”

  1. redfish dit :

    J’ai pas foiré mes allaitements et j’ai pas l’impression d’être une grosse connasse ;)

    C’est « drôle » mais moi je pourrais te faire le même article version « marre de l’anti allaitement » surtout après 6 mois d’allaitement… Je pense que ca dépend de quel côté (bib ou sein) on est… Et encore pour moi on nourrit notre enfant toutes les mamans, que ce soit au sein ou au bib !

    Des extrémistes y’en a (malheureusement) partout, aller les lit pas ;)

  2. Enfant végé dit :

    J’aime beaucoup ta conclusion! ;)
    Tu sais que je te comprends pour avoir vécu la même chose… Ne pas avoir choisi de donner le bib mais être quand même bien contente qu’existent ces laits infantiles, que j’ai déjà entendu nommer « merde en boîte » (rien moins!) par une folle de l’allaitement; être mal à l’aise de donner le bib en public parce qu’on se sent jugée; et toujours entendre ce même refrain, quand on veut on peut, touttes les femmes ont du lait… Mais qu’est-ce que tu sais de ma situation!!!
    Et puis oui, ok l’allaitement c’est meilleur, on le sait et c’est bien pour ça qu’on a essayé et qu’on s’est accrochées, mais le bib ça n’empêche pas un enfant de bien se développer tout de même et on ne va pas passer notre vie à s’auto-flageller. Pas besoin non plus de la pitié des autres, comme tu dis, parce qu’ne plus il y a sûrement bien des trucs qu’on réussit mieux qu’elles.
    Par contre, je continuerai à défendre l’allaitement sans le mettre sur le même plan que le bib (genre c’est votre choix et c’est pareil) parce que qui dit bib dit, pour 99% des gens, lait de vache, et je ne peux pas défendre ça. Lait végétal, alors ok, là c’est différent.

  3. Enfant végé dit :

    En tout cas ça fait du bien ton article, même si évidemment on te répond qu’allaiter c’est dur, qu’il y a plein d’anti allaitement partout… Moi je vois plus d’anti bib en tout cas!!! (et j’ai une expérience de bib et d’allaitement, je suis neutre lol)

  4. christell dit :

    Hé beh, au moins c’est sorti !
    J’ ajouterais qu’au bout d’un certain temps, ça peut être vraiment gonflant d’allaiter et qu’il y en a une (moi) qui aimerait bien qu’on lui lâche le téton, et pouvoir donner un bib tranquille le soir (ou son père, tiens encore mieux) sans avoir une morveuse qui se jette sur moi comme si elle avait pas bouffé depuis 3 jours, en me foutant les seins à l’air (oui, les 2, parce qu’elle pince l’autre) et hurle si je fais mine de me rhabiller.
    Je VEUX qu’on me plaigne, moi !

    Parce qu’on a tous les conseils du monde pour commencer, mais quand il s’agit de priver ton pôvre enfant (ou de récupérer ton corps à toi, rien que pour toi), là, ben tu te débrouille, (à croire que elles allaitent toutes jusqu’au jour béni où leur progéniture est en âge de verser tout seul son lait dans ses chocapics).
    Bref tout pour dire que là aussi, elles me sortent par les narines.

    • Lotuspensif dit :

      Si tu lis l’anglais, il y a des réponses là :
      http://www.janetlansbury.com/2011/05/weaning-a-toddler/

      Un toddler c’est un enfant de un à trois ans. Et weaning c’est sevrer. ;)

  5. redfish dit :

    Christell, perso aucun de mes enfants ne se sert tout seul sur mes seins, ni n’hurle si je dis stop ou non.

    Il y a quand même une sale image des allaitantes hein…

    • Enfant végé dit :

      N’inverse pas les choses! Pour une fois qu’on se permet de parler des dérives et inconvénients de l’allaitement, alors oui bien sûr que toutes les allaitantes ne sont pas des connasses, que tout le monde n’en a pas marre d’allaiter, on le sait bien, ce n’est pas ton cas mais ça existe et je pense que c’est article n’est pas le lieu pour venir raconter que c’est dur d’allaiter face au regard des autres ;)

  6. Nathalie Caron-Pigelet dit :

    Je ne me suis jamais soucié ni de l’un ni de l’autre et encore moins du regard des autres et de ce que les autres pensent. Moi et mon enfant…rien que ça! Résultat: bin pas de crise d’urticaire, les yeux sortant des orbites et surtout de perdre mon temps avec des niaiseries. Courage!

  7. Claire dit :

    Dans ce domaine, j’ai l’impression que quelque soit le choix des parents il est jugé comme mauvais et je trouve aussi parfois que le discours pro-alletement joue sur la culpabilité pour convaincre les jeunes meres.
    Bref, plus facile à dire qu’a faire : savoir s’écouter et ne pas juger à son tour…

  8. Vanessa dit :

    j’ai allaité mes 2 garçons pendant 3 ans et 2 ans 1/2, je n’ai pas du tout allaité Lyna car je n’en ressentais pas l’envie…je suis convaincu que l’allaitement reste et restera toujours la meilleure chose pour un bébé car c’est naturel ! Mais quand on ne peut pas (car çà arrive oui ! l’allaitement n’est pas inné et parfois la vie fait que…) ou qu’on ne veut pas (comme moi et c’est personnel !) bah on a pas à culpabiliser les mères !
    Franchement je me sens aussi bien avec ma fille à qui j’ai toujours donné le bib, qu’avec mes garçons…j’ai également les mêmes moments de tendresse, de complicité et je ressens exactement le même amour !!!
    Donc allaitante ou pas, on s’en fout ! C’est notre propre histoire à nous et personne d’autres doit venir farfouiller là-dedans !
    Tu es une super maman Alice et les autres on s’en fout ;)

  9. Solannah dit :

    Quelle coup de gueule ! Je comprends très bien ton billet, et je me dis qu’au delà de l’allaitement, n’est ce pas le jugement des autres sur les pratiques que l’on peut avoir avec notre enfant qui pose probleme ?

    Ne manquerait ‘on pas de tolerance ? Evitons de nous critiquer, parce qu’on allaite pas, qu’on ne fait pas de cododo, ou qu’on utilise pas une écharpe. Chaque couple fait se croit qu’il le mieux pour son enfant…

    Je crois aussi que parfois on peut se sentir coupable de ne pas etre une « bonne » maman, et ce regard c’est bien le pire, alors quand les autres appuient sur ce qui fait mal…

    Conclusion, les autres tu t’en fous ! No culpabilisation , vis ta vie avec ton radis et ton mec.

  10. Mamansolo dit :

    Une question tu crois que c’est quoi du LA ?

    «  » »A force de nous bassiner avec ça (et je comprends que ce soit mieux d’allaiter en Afrique plutôt que de préparer des biberons avec de l’eau dégueulasse et du lait Nestlé, mais aux dernières nouvelles on vit en France et on n’est même pas obligés de donner du lait de vache), » » » »

    Au cas où le lait artificiel EST du lait de vache ! avec juste des vitamines et autres en plus.

    allaitement ou non je comprend ces mamans qui sont fière. Je n’ai pas allaiter mon premier, c’est un gros regret pour moi et j’allaiterais le deuxième mon deuxième le jour où j’en aurais. Mais je voit pas pourquoi tant d’animosité. Perso mon choix a été le biberon et on pouvait me dire quoi que ce soit je m’en foutais car mon choix était clair, c’était le miens, j’assume. J’ai donner le biberon et j’assume. je me sens pas mauvaise mère pour autant. Le jour où j’aurais la chance d’avoir un autre bébé je serais heureuse d’allaiter, et j’assumerais tout autant. J’aime pas quand on voit toujours des sous entendus partout genre on dit « j’allaite » les gens entendent « toi non donc tu es au mauvaise mère » , une fille dit « moi je pratique l’éducation non violente » et direct c’est « quoiii ?? tu crois que JE suis violente ?? une baffe ne fait pas de mal etc etc pourquoi tu ME juge?? » et j’en passe. Elles sont fière d’allaiter et c’est géniale voilà elles ont réussit ce qu’elle voulais tant mieux pour elle maintenant basta chacun sa vie !

    faut pas se prendre le chou pour autant…

  11. Et bien… ça fait du bien de lire ça!
    Moi j’ai toujours été pour l’allaitement, je ne m’étais même jamais posé la questions et… mes deux allaitements ont foiré. Lors du premier j’étais végétarienne, le contenu des biberons ne me choquait pas trop mais j’étais effondrée que ça ne marche pas. J’ai vécu des semaines très difficiles, vu ma fille qui manquait de nourriture, etc. Je ne souhaite ça à personne.
    Pour le deuxième je m’étais bien préparée pour être sûre que ça marche, et ça a marché pendant quelques jours, puis c’est parti en dégringolade et ça a foiré tout autant. J’étais vegan depuis trois ans, heureusement j’avais une boîte de Modilac Riz à disposition au cas où (ça ne se vend pas en Belgique, je l’avais importée…). Mais j’étais dévastée.
    Cela fait des mois, et ça fait encore mal. Et je me reconnais dans cette culpabilité de donner le biberon en public (durant les premiers mois, maintenant qu’il est grand c’est plus « banal »).
    C’est dur d’admettre aussi que les pro-allaitement peuvent nous gonfler, parce que moi je suis à fond pour l’allaitement!!!
    Mais avoir entendu des commentaires style « Ah bon? Mais pourquoi ça n’a pas marché? Tu t’es pas accrochée? Tu voulais pas vraiment? » je ne pense pas que les gens se rendent compte d’à quel point ça fait mal. Surtout quand oui, on s’est accroché, on voulait vraiment, mais que voilà.
    Alors merci pour ce coup de gueule!

  12. Lotuspensif dit :

    Je comprends bien ton coup de gueule et je pense qu’il y a un discours chez certaines personnes qui sont à fond pour l’allaitement qui me gêne. D’un autre côté, je trouve que ce que cela montre aussi c’est que tu vis avec des amis qui ont des idées qui sont minoritaires dans la société française. Je ne compte plus les remarques désobligeantes sur l’allaitement sur les névroses que j’allais donner à mon enfant, le fait qu’il serait dépendant etc etc à partir du moment où l’allaitement a duré plus de quatre mois.

    Du coup je pense que les mères qui allaitent longtemps aiment bien se retrouver avec des gens qui pensent comme elle et se défendre contre ce discours, en accentuant les bienfaits de l’allaitement. Et en oubliant quelques inconvénients (comme notamment le fait que je pense que ça n’aide pas bébé à faire ses nuits, et donc maman non plus… Du coup je comprends bien le côté « c’est facile » et en même temps, je trouve que ça a aussi des côtés super durs).

    Je ne penserai jamais être une meilleure mère parce que j’ai allaité. Et j’ai dans l’idée que le lait maternisé est une invention extraordinaire à tous points de vue. J’ai une amie qui n’a pas assez de lait, et elle a eu ce problème pour ses deux enfants. Je n’ai même pas pu lire en entier ton post sur l’allaitement tant je l’ai trouvé bouleversant, et franchement je pense que tu as été plus volontaire que n’importe qui l’aurait été à ta place. Et bien heureusement qu’il y avait du lait maternisé.

    Je comprends que tu sois triste de ne pas avoir réussi à mettre en place une chose à laquelle tu tenais. Et en même temps, dans quelques années qui y pensera ? On parle de deux trois ans grand max dans la vie de ton bébé alors que tu vas le nourrir pendant environ 18 ans, et c’est là que les choses se joueraient ? Certains diraient que le meilleur c’est ton lait. Et bien c’est faux. Quand on voit tout ce que tu as vécu, le meilleur c’est le lait maternisé qui t’a permis de t’occuper de lui correctement.
    Il y a plein de raisons pour ne pas allaiter et toutes sont bonnes tant qu’elles ne viennent pas des autres et de la pression sociale. J’ai une amie que l’idée dégoute. Une autre qui refuse d’allaiter par féminisme. Leurs enfants sont en pleine santé.

    Si tu as le temps, je te conseille de jeter un œil sur un livre qui s’appelle « L’art d’accommoder les bébés ». On voit toutes les théories, les idées sur l’éducation des bébés évoluer et se contredire les unes les autres. On se dit qu’on a de la chance de vivre aujourd’hui et aussi que l’on peut faire à peu près ce que l’on veut dans l’éducation sur pratiquement tout quoi qu’en pensent les médecins, et dans ton cas les mamans qui prônent un type d’éducation alternatif. Car il y a des modes pour tout même pour ça.

    Sinon il y a quelques liens que je te conseille si tu lis l’anglais sur ce thème. Il s’agit d’une américaine qui s’occupe de jeunes enfants selon une méthode qui prône le respect pour les plus petits nourrissons, mais qui est différente de l’attachment parenting (qui moi me gène sur certains points). L’idée n’est pas d’opposer les mères-tétons au mères-tétines mais de dire que l’important c’est de faire (le plus souvent possible) du moment du repas un moment privilégié où on donne à son enfant toute son attention. C’est ainsi qu’il sentira la valeur que cela a pour nous, et qu’il a pour nous. Bref si ça t’intéresse je te laisse lire… Mais ce qui est sûr c’est qu’il y a aussi de très bonnes façons de donner un biberon et de très mauvaises façons de donner le sein.

    http://www.janetlansbury.com/2010/04/beyond-bottles-and-breasts-the-key-to-whole-baby-nourishment/
    http://www.janetlansbury.com/2010/04/random-thoughts-on-beyond-bottles-and-breasts-my-previous-post/
    http://www.janetlansbury.com/2010/10/theres-a-person-on-your-breast-dont-take-the-intimacy-out-of-breastfeeding/

    Bonne soirée !

  13. Le pire c’est encore et toujours les généralités. Comme pour plein de sujets des qu’on fait amalgames et généralités on se plante. J’ai eu la chance d’être super bien entourée et pour moi le début c’est super bien passé. C’est après 3 semaines que c’est devenu difficile, du coup je n’y comprenais plus rien et je ne sais pas ce que j’aurais fait sans l’aide exceptionnelle dont je bénéficie (une amie qui est conseillère en allaitement et qui a passé des heures au téléphone avec moi). Donc non il ne me semble pas que ce soit si simple et naturel. Et puis pourquoi faut il toujours que les gens s’occupent de de qui se passe chez les autres ?

  14. Christine51 dit :

    J’adore ton article, moi je n’ai pas allaité, je n’avais tout simplement pas envie, pas envie d’être une ‘vache allaitante » et ouhhh tant pis si on me juge mal .. ce qui ne m’a pas empêché de donner le biberon à ma fille avec un grand amour .. le bib c’est rapide aussi .. je suis ok avec toi ! 3 minutes chrono
    Bon dimanche !

  15. tortilla de patata dit :

    hola Miss Brocolis (and co!)!
    j’ai decouvert votre blog alors que j’etais moi-même enceinte, il y a plu d’un an. je ne suis pas vegan, à l’origine, ni ne le suis devenue par la suite. j’ai aimé le ton, l’ecriture à 2 mains et le sujet en general.
    je me permets de commenter pour la première fois (alors que je suis votre blog en sous-marin regulierement), juste pour vous dire : CHAPEAU BAS.
    chapeau bas parce que j’ai lu, bien sur, vos recits d’accouchement et d’allaitement, et qu’ils m’ont bouleversés.
    chapeau bas pour vos choix, votre enthousiasme, votre tenacité.
    et merci pous votre article.
    j’ai allaité ma belette, ce fut difficile (pour resumer en euphemisant, mais mon allaitement ne tient pas une seconde la comparaison ac votre determination, bien qu’il ait été « plus heureux », si j’ose dire) et j’ai passé des nuits à chialer en me promettant que « si, demain, je le passe au biberon ». à chialer de culpabilité. putain, c’est fou qu’on en finisse par s’en vouloir de juste vouloir bien nourrir son gosse!
    aujourd’hui je porte un peu le mème regard que vous sur le discours integriste des pro-allaitement qu’on nous a distillé mensuellement, lors des cours de preparation, ou au fil des lectures que la plupart des nullipares avons acquis. notamment qd je croise une maman qui s’excusait presque de ne pas avoir pu allaiter alors que la sage femme qui nous avait prodigue ces cours haussait des epaules d’un air condescendant en disant un « ce n’est pas grave » tout chargé de sous-entendus depreciateurs. juste degueulasse.
    un nouveau né c’est anxiogene, en soi et par nature, pour de nouveaux-parents, l’allaitement l’est doublement par la pression et la culpabilité qu’il genère. mème si c’etait facile, d’allaiter, je ne comprendrais toujours pas pourquoi on culpabilise les unes et on encense les autres.
    y’a pas une meilleure mère, y’a juste une maman qui pour son gosse fait le max et sera, pour cela, toujours, et definitivement, la meilleure.

  16. l'elfe dit :

    Tu sais je pense que l’allaitement c’est pas facile tous les jours et que parfois on a peut-être besoin de se conforter dans son choix. genre se dire « ouais bon je galère et y a plein de difficultés mais au moins j’ai pas à me trimballer des biberons ». (jusqu’au jour où on trouvera plus simple de se trimballer des biberons?). Je trouve dommage qu’il y ait autant de culpabilité et de jugement des un-e-s et des autres autour de l’allaitement (si tu allaites pas tu es une mauvaise mère qui rejette et empoisonne son enfant, si tu allaites tu es une mauvaise mère fusionnelle esclave de son enfant qui en prime montre impudiquement ses nichons à la population). Et d’ailleurs c’est peut-être aussi pour ça qu’on a besoin de se conforter dans ses choix, mais ça entretient un peu le truc quand ça prend la forme « han celles qui font le contraire de ce que je fais, c’est vraiment trop nul ».

  17. l'elfe dit :

    Je reviens commenter hyper longtemps après mais… Non mais ÇA Y EST en fait je vois TOUT A FAIT ce que tu veux dire! Je pensais pas mais moi aussi certaines personnes commencent à me courir sur le haricot grave!! Je suis dans un groupe de la leche league, les animatrices sont tout à fait adorables, mais alors certaines personnes du groupe heu comment dire… Bin en fait le biberon c’est du POISON tu vois, c’est comme du macdonald que tu donnes à ton pauvre enfant sans défense, et si jamais tu allaites pas tu dois pas dormir avec ton bébé car tu n’as pas les hormones super-magiques d’allaitante et du coup en dormant tu vas écraser ton bébé comme une grosse patate. (les hormones c’est trop magique quoi), et il faut surtout pas penser à se reposer quand on a des enfants parce que c’est MAL.
    Pourtant j’allaite toujours (et j’en suis contente) mais à lire des trucs pareils… rhaaa. ça m’énerve.
    Je voulais te dire aussi que je pense que tu es une super maman et ça on le dit pas assez. J’espère que tu t’es un peu remise de tous ces évènements depuis.

  18. staphy dit :

    Hello

    Moi aussi je viens commenter avec un léger train de retard mais c’est juste que je suis tombée sur ce blog par hasard en cherchant une recette vegan et jsuis hype rfan .. j’avoue au début avec mes a priori j’ai pensé que c’était un peu neuneu mais tout compte fait c’est tellement fait avec humour c’est top! et pour revenir sur l’allaitement .. je n’ai pas encore été confrontée à ça n’ayant pas d’enfants mais je suis absolument d’accord sur la question de la pression faite aux femmes pour l’allaitement et je ne comprend pas du tout le commentaire disant qu’elle pourrait écrire l’article symétriquement inverse sur les anti allaitement !! c’est impossible tellement nous sommes dans un courant contraire !! les femmes qui n’allaitent pas sont trop vues comme de mauvaises mères il n’ y a plus de libre choix et ce qui m’inquiète c’est que c’est une régression pour la condition des femmes ! Il y a 20 ans de cela la femme était vu comme un humain à part entière et non seulement comme une mère .. on a tellement pensé que la cause féministe était acquise qu’on ne se pose même plus la question !
    bref je ne sais pas si j’allaiterai ou pas ou si meme j’aurais des enfants mais merci à vous de le dire ! ce qui est d’autant plus difficile comme vous l’avez dit lorsqu’on est une femme qui fait attention à l’environnement à son alimentation etc.. et qui devrait se sentir tellement en communion avec la nature qu’elle serait obligée de le prouver en donnant le sein

  19. Dish dit :

    Bonjour,
    Je découvre ton article alors que je me documentais sur la possibilité de donner le biberon tout en respectant un régime végétalien. Je viens très récemment d’arrêter la viande après des années à y aller pas à pas et du coup je réfléchis maintenant à arrêter le lait et ses dérivés. Mais je veux mettre un deuxième bébé en route…Le premier a été élevé au biberon et j’en suis très contente, mais je voudrais surtout témoigner de mon expérience pro car je travaille en crèche.
    L’accompagnement à l’allaitement en France n’est pas basé sur une formation rigoureuse mais sur des militantisme dans une très grande majorité des cas, notamment par la leche league pour qui l’allaitement est possible dans 9 cas sur 10 et quand ça marche pas c’est juste une question de position maman-bébé. En pratique, les formations en allaitement sont rares non obligatoires et très difficilement accessibles aux auxiliaires de puériculture qui sont souvent en première ligne en suite de couche et qui accompagnent aussi à la crèche.
    Le congé maternité est trop court pour permettre aux mères de prendre le temps de mettre en place un allaitement et un sevrage serein. Le congé légal et de 2 mois et demi et tout le monde n’a pas la chance de pouvoir l’allonger.
    Sur le sevrage justement, je vois trop souvent des mamans en crèches qui n’ont pas été ou mal accompagné pour sevrer leur bébé pour une entrée en crèche.
    Tirer son lait quand tu bosses n’est pas toujours une sinécure et encore très mal perçu en entreprise.
    et enfin, car personne ne parle des premiers concernés, les bébés !
    Les bébés allaités au sein qui arrivent à 3, 4 6 mois à la crèche ont dans une très large majorité des cas des difficultés à s’adapter. Souvent ils arrivent le sevrage est en cours ou l’allaitement mixte à peine mis en place, car on dit trop souvent aux mère qu’en 15 jours 1 mois grand max c’est réglé (sic!).
    Ce sont aussi souvent des enfants qui s’endorment au sein et là malgré un personnel à 99 % féminin, ben on ne peut rien y faire !
    Et donc il est fréquent de voir des bébés au sein ne pas manger à la crèche ou presque pas et ce pendant plusieurs semaines (oui semaines pas jours) et ne pas dormir non plus. Ils pleurent sont épuisés et les parents super inquiets.

    Désolée si j’étais un peu longue, mais un des raisons qui a fait que je n’ai pas allaité c’est le piètre accompagnement en France. Et quand je vois que j’ai mis 19 heures à accoucher d’une crevette de 2,560 kg et que je ‘ai repris le boulot il avait à peine 4 mois, et bien je ne regrette pas mon choix aussi bien pour lui que pour moi

    Voilà, au plaisir de découvrir un peu plus ton blog ;)

  20. Seb dit :

    Pourquoi les végétariens (t autres assimilés) me sortent par les yeux.

    Amusant de voir votre argumentaire qui pourrait facilement être transposable au cas du choix ou non de consommer de la viande.

    • Miss Brocoli dit :

      Sauf qu’à consommer de la viande on tue des animaux.
      A ce que je sache dans un pays développé comme le nôtre personne ne meurt de ne pas être allaité.
      On peut en parler longtemps si vous voulez mais pour tout vous dire vous avez perdu d’avance et moi j’ai pas très très envie de m’emmerder avec ça :)

      • MGV dit :

        Petit HS
        « à ce que je sache personne meurt de ne pas être allaité »

        Et ben si :( On oublie souvent les prémas, mais pour eux c’est une question de vie ou de mort. C’est bien de le savoir parce que cet argument me hérisse les poils… le lait de femme devrait être disponible pour tous les nouveaux-nés, surtout prémas, c’est une honte que ça ne soit pas une priorité. On est d’accord que ce n’est pas la faute des mamans (comme tjs). ;)

  21. Titisme dit :

    Bonjour je viens de vous lire les filles et je dois dire que je suis passée par les côté compliqué de l’allaitement pour mes 4enfants….pour le petit dernier j’ai réussi un allaitement mixte pendant 3 mois et demi puis bebe n’a plus voulu du sein donc l,allaitement s’est arrêté naturellement. En fait je ne produis pas assez de lait!!! Et le plus difficile pour moi n’est pas de l’accepter.ce que je voudrais c’est savoir POURQUOI??? Je ne comprends pas et personne n’a pu me donner de réponse…j’ai tout entendu bien sur comme c’est psychologique,tu n,y crois pas assez,tu es trop stressée etc etc….tout ça pour dire que oui l’allaitement c’est génial mais qu’ il serait important que tout les monde soit conscient que l’allaitement n’est pas si simple….merci

  22. Soraya dit :

    Bonjour,

    Cette article me plait et je pense que si je l’aurai lu un peu plus tôt il m’aurait fais du bien !

    Je suis maman d’un petit garçon d’un mois et j’ai voulu comme beaucoup de femmes l’allaiter… Sauf qu’à part la tétée de bienvenue tout s’est mal passé ensuite et les auxiliaires de puéricultrice ont été tout sauf sympa avec moi : Genre vous avez une forte poitrine, votre sein est tendu, vous êtes tendue, attention il perd du poids… Et chaque fois que j’ai pu les appeler il n’y avait personne pour m’aider j’ai vécu un véritable enfer rien qu’à cause de ça, je me souviendrais toute ma vie qu’on a plaqué la tête de mon bébé sur mon sein pour le faire boire…

    La raison que ça n’a pas marché ? Avec des recherches médicales nous nous sommes aperçus que je ne produisais pas assez de lait ceci explique cela… et pendant tout ce temps je me suis crue une mauvaise mère incapable de nourrir son enfant.

    Quand on réussis à allaiter son enfant ça doit être merveilleux je n’en doute pas mais à cause de cette expérience je ne peux même plus l’envisager à l’avenir tant c’est douloureux !!!

    Et oui on me le reproche, j’ai droit aux questions tu n’allaites pas, tu lui donne le biberon j’ai l’impression à chaque fois d’avoir commis un crime.

  23. Delphine dit :

    Je pense que ta colère est mal dirigée…

  24. Hélène dit :

    Bonjour,

    Je suis tombée sur cet article en parcourant ton blog et j’avoue que le titre m’a un peu interloquée et j’ai eue envie d’aller voir…
    Je suis bénévole pour une asso de soutien à l’allaitement et je ne me reconnais pas (heureusement ;-)) dans la descriptions des pro-allaitement que tu fais. Je sais pertinemment que beaucoup de femmes connaissent des situations similaires à la tienne : elles souhaitent allaiter mais elles ne peuvent pas pour différentes raisons. Je sais que c’est douloureux et difficile à accepter. Je comprends également que certaines femmes soient repoussées par l’idée d’alaiter et je les respecte. Je ne me permets pas de les juger de façon négative pour autant. Je soutiens l’allaitement pour aider celles qui veulent le faire, et c’est tout. Je respecte les choix de chacune.
    Et à la lecture de ton artice, j’avoue que je suis un peu blessée par tes propos. Assimiler une femme qui défend l’allaitement à une connasse, critiquer les femmes qui « déballent leurs nichons », déverser toutes cette haine sur des femmes qui ne sont en rien responsable de ta douleur…tout ceci me pose problème.
    Moi aussi j’ai du écourter mon premier allaitement malgré moi, moi aussi j’ai connu cette phase de colère et j’ai été tentée de la déverser comme toi contre toutes celles qui avaient éussi, celles qui soutenaient l’allaitement mais qui n’avaient rien pu pour moi…Mais j’ai compris au cours de ma deuxième grossesse que cette colère avait puisé sa force dans ma tristesse, la déception et l’envie. Ne te trompes-tu pas de cible ? Quelques exemples : le manque de formation du personnel médical, le manque de réel soutien en France, la culpabilisation des parents (mais pas juste pour le bib, cela marche aussi pour l’allaitement passé les trois premiers mois, pour le mode d’alimentation, le mode de maternage…)…
    Je te souhaite en tout cas de parvenir à digérer tout ça un jour, de comprendre totalement que tu n’y es pour rien (vu le ton de ton article je ne suis pas sûre que tu en soies si convaincue), et je souhaite à toutes les mamans de pouvoir vivre la maternité qu’elles souaitent de façon sereine.

  25. moi dit :

    Écoute cocotte, y’a que la vérité qui blesse ;)

    Les allaitante vont pas te dire ce que tu veux entendre pour te faire plaisir ou te donner bonne conscience.

    Quand on s’assume pas… Pas la peine de rager

    • Miss Brocoli dit :

      La démonstration par l’exemple :)

    • Miss Brocoli dit :

      Sinon, juste un truc : ce n’est vraiment pas faire preuve d’empathie que de déposer des commentaires volontairement méchants de façon anonyme. Ça peut faire de la peine à quelqu’un, c’est donc mieux de s’abstenir.

  26. Lucy dit :

    Je vois déjà certaines mères me lapider mais cet article m’a fait du bien alors voilà : franchement en tant que tata (je n’ai pas encore d’enfants) je respecte entièrement les choix de ma belle-soeur quant à l’alimentation de sa fille, de toute façon elle fait ce qu’elle veut c’est pas mon enfant. Mais FRANCHEMENT les points relou :
    - en entendre parler tout.le.temps. TOUT LE TEMPS La vie tourne autour de ça, de l’importance d’allaiter son enfant etc… Jusqu’à me culpabiliser alors que je ne suis même pas encore maman. Et si moi je décide de pas allaiter? Je serai une mauvaise mère ? Mon enfant sera malheureux ?.. Et je vous dit pas au début quand elle sortait son sein n’importe ou, ok ça te gene pas et tant mieux mais moi ça me gene.
    - j’trouve ça presque égoiste en fait. Surtout quand on se limite à l’allaitement exclusif, pas de bib. Le père sert juste à changer les couches ?? Et après ça se plaint que les nuits sont difficiles..
    - croire que ça crée un lien avec l’enfant. Pour moi c’est plus une dépendance, surtout du côté de la mère ! J’ai pas été allaité longtemps et pourtant je suis très proche de ma mère.
    - « la petite sait déjà se mettre debout! A huit mois ? C’est parce qu’elle est allaitée!!! » oui bien sûr

    Ca m’exaspère tellement, avant ça pour moi l’allaitement c’était juste un moyen de nourrir son enfant, maintenant elle m’a carrément dégouter de l’idée je fais un blocage au point où quand j’aurais moi même un enfant je ne souhaite pas du tout, mais alors pas du tout l’allaiter.

    • Ursull dit :

      Comme je te comprends, j’ai eu le même entourage, les mêmes attitudes. J’ai été dégoûtée de l’allaitement, j’ai du mal avec les injonctions, en plus il ne correspondait pas à mon mode de vie, profession libérale, pas de congés de maternité, reprise du travail à 2 semaines après la naissance, j’ai la bougeotte, je cours tout le temps, je m’absente, le biberon était la solution qui permettait au papa de prendre le relais et puis mes seins sont a moi. Je te rassure, j’ai eu trois enfants, 33, 30, 28 ans, santé de fer, pas de trouble Orl, aucune allergie, croissance parfaite, intégration aux différentes étapes du développement et modes de garde sans soucis….Mes relations avec mes filles sont excellentes, elles sont mamans elles mêmes et qui appellent-elles quand elles ont besoin de se confier, pour les bonnes ou les mauvaises choses….. » maman ». Elle sont bien dans leur vie et quand elles entendent certains propos relayés par certains  » ayatollah du téton » cela les fait sourire. Je ne suis absolument pas anti-allaitement. Je pense simplement que c’est un choix individuel. Je trouve juste ridicule avec le recul qu’il y a actuellement sur les laits maternisés que l’on colporte des idées effrayantes sur ce type de nutrition diabolisée par certains ou plus souvent par certaines…..Les médecins accoucheurs, pédiatres, généralistes sont le plus souvent plus modérés et ouverts dans leur approche. L’équipe qui me suivait m’a conseillé de choisir la méthode qui correspondait le mieux à mon rythme de vie, une maman organisée, épanouie, sans pression de l’extérieur est toujours un bénéfice pour l’enfant. Dans la famille de mon conjoint, on est pro-allaitement et donneurs de leçons….or, parmi les enfants beaucoup de trouble Orl dans la petite enfance, bronchiolites, hospitalisation….J’en conclue que le choix d’allaitement est loin d’être le seul facteur déterminant des pathologies de la petite enfance. Mes filles ont recu la même écoute et la même ouverture d’esprit que moi lors de leurs accouchements. Alors pas de prises de tête, soyez sur de vous, gardez votre libre arbitre, choisissez votre vie en toute liberté, vos enfant ont surtout besoin d’une maman qui assume ses choix et qui va bien. Bonne chance à tous.

  27. Louani dit :

    Il y beaucoup de commentaires qui critiquent l’allaitement. Il n’y a pas plus naturel que d’allaiter, alors pourquoi le commenter?
    Pour ma part, je pense qu’il y a trois sortes de maman, celles qui allaitent, elles aiment leurs enfants sans limite et veulent le meilleur pour eux, celles qui n’ont pu allaiter pour diverses raisons (travail, crevasses … bien que les crevasses, on y passe presque toutes par là, et elles se soignent facilement, donc avec de la persévérence), problème de santé …ces mamans auraient tellement voulu allaiter et donc ont des remords, frustrations de n’avoir pu allaiter (j’en connais) et les autres mamans qui n’allaitent pas par choix, ces dernières aimant leur confort personnel plus que leur bébé. Elles laissent les vaches, l’industrie agroalimentaire et la chimie faire pour elles pensant qu’elles sont au-delà de la nature, … . A celles là, si le lait infantile n’avait pas existé, qu’auraient elles fait? Avec votre biberon, comment vous faites pour calmer, endormir un bébé stressé?
    Oh les dames! Les seins ont une fonction nourricière première à l’intérieur, il y a des glandes lactifères; ils ne sont pas un accessoire déco pour vous ou Monsieur. Et puis, l’allaitement réduit le risque du cancer du sein. recrudescence de cancer ces dernières années en raison des années 70, 80′s où l’on prônait l’alimentation au biberon.
    Dire que chez certaines espèces mammifères, s’il n’y a pas de bébé, la femelle périt. Qu’en est il des femmes? Si elles n’allaitent pas, si elles n’ont pas d’enfants, que risquent elles?

    Ah oui, il y a aussi les mamans qui n’allaitent pas par ignorance. Celles-ci pensant que le lait artificiel est meilleur pour bébé. … ???!!!!!??????!!!!!!!!

    vous aurez compris, je suis une pro allaitement. Bien que je conçois que beaucoup de femmes (surtout en France) n’ont pas le choix, ce qui est fort regrettable.
    je trouve que c’est tellement beau, émouvant et instinctif,de voir une femme qui allaite sa progéniture. ce n’est pas se rabaisser, c’est être femme. Une femme qui donne un biberon à un bébé, c’est tellement laid.

    Les femmes qui critiquent l’allaitement, sont celles qui ont mauvaise conscience et qui veulent se donner bonne conscience en dénigrant le modèle idéal.

    • Miss Brocoli dit :

      « vous aurez compris, je suis une pro allaitement. »
      J’aurais personnellement employé un autre qualificatif mais, que voulez-vous, nous sommes ici sur un blog familial :)

    • Ursull dit :

      Bonjour, vous avez raison de classer les maman dans des catégories et décider vous même de leur qualité de  » bonne maman », « maman frustrée », » mère égoïste »….. est une grande preuve de bienveillance, de finesse, d’ouverture aux autres….. Courage fuyons. Pédiatre, pedo-psychiatre mais quels talents!!!!!!!!!!!!!

    • Ursull dit :

      Une femme qui donne un biberon,  » c’est laid ». Que voulez-vous répondre à ça?????? Je suis affligée et si triste pour vous. Avoir une telle prédisposition à voir de la laideur chez les autres!!! C’est inquiétant pour les relations bienveillantes dont nous avons tous tellement besoin.

  28. laurie dit :

    merci, merci pour ce (vieil !) article, mais toujours d’actualité, et pour longtemps je pense.

    Sans idée particulière sur le sujet de l’allaitement ou non, j’ai du forcément prendre une décision à la naissance de mon fils… il se trouve que cette décision c’est prise à deux (oh, les fous !), mon homme aillant pour x ou y raisons personnelles et historiques pas envie ou peur d’un couple mère fils trop fusionnel, et avec une envie profonde de participer à… tout ce qui pouvait concerner ce nouvel arrivant, il avait émis quelques réserves – nous avons donc décidés de ne pas allaiter (oui, ce qui me dérange souvent dans toutes ces histoires de pro ou anti allaitement, c’est que le choix du père disparait… on n’en parle même pas, à croire que les femmes font des enfants toutes seules).

    Accouchement dans une maternité pro allaitement, prépa à l’accouchement avec le tour de table « qui compte allaiter son enfant » : sur 12 femmes, souvent jeunes (quartier populaire, pour certaines habitants encore chez leur parent et mineures) : nous n’étions que 2 à ne pas vouloir. De mon côté la sage femme n’a pas insisté : le choix commun parental ne laissait que peu de place à la discussion. Par contre une autre histoire pour l’autre jeune fille. Elle disait ne pas se sentir corporellement d’avoir un enfant attaché à son sein, qu’elle avait peur de se sentir comme une vache à lait, etc… réaction de la sage femme : il y a une permanence psychologique à la maternité, il faut en parler à quelqu’un. Quoi, cette jeune fille était-elle anormale? – sachant qu’au moins la moitié des femmes qui voulaient allaitées ont abandonné au bout de quelques jours, avec en plus un sentiment d’échec énorme?

    ll y aurait tout autant à dire sur la pression sur les femmes qui allaitent, les mauvais laits, les « vous ne faites pas comme il faut », et patati et patata (:) ) – suffisamment d’amies m’en ont fait l’écho.

    je crois que le paternalisme à encore une longue vie devant lui, corps médical et social inclus. L’important reste l’amour que l’on peut créer au sein d’une famille et ailleurs, pour les modalités je pense qu’il n’y a pas de … modèle!

    :)

    • Ursull dit :

      Je suis de votre avis. Les pro- allaitement, les anti- vaccins, les anti-ceci et pro-cela ont la vie dure. Soyons des adultes éclairés, informés, pas des enfants soumis à l’autorité d’un environnement manipulateur.

  29. Alcibiade85 dit :

    Pffff… Merci pour cet article qui, bien qu’un peu daté maintenant, m’a fait beaucoup de bien!!!

    Je suis enceinte de 5 mois et quelques et depuis que je dois fréquenter hopital/sages femmes etc, je me culpabilise sur l’allaitement.

    Car, voyez-vous, je ne VEUX PAS allaiter. Parce que c’est mon corps et que je n’ai pas envie de le partager au-delà de la grossesse, que j’ai besoin de le retrouver. Parce que l’idée d’avoir un enfant pendant à mon sein me traumatise. Parce que je voudrais que le papa, qui est très impliqué et qui a tout autant que moi envie de nourrir son enfant, puisse le faire dès la naissance et pas quand je l’aurais décidé, moi…

    Bref pour tout un tas de raison, je ne veux pas allaiter. Mais quel combat je dois mener pour que cette décision soit respectée, c’est incroyable. Pourtant, moi qui ai fait ce choix, je n’ai jamais jugé personne pour avoir fait le choix contraire.

    SVP, on pourrait pas juste expliquer de façon neutre le pour et le contre, et laisser les parents choisir? Ca éviterait les traumatismes pour plein de gens:
    - ceux qui ne veulent pas allaiter
    - ceux qui ne peuvent pas allaiter
    - et celles qui s’y obligent, parce qu’on les y a forcés et vivent un enfer.

    Au delà de la qualité du lait, un maman qui, comme moi, doit sortir en larmes d’une consultation avec la sage-femme parce qu’elle pense qu’elle va devoir allaiter alors qu’elle ne le veut pas est rarement une maman en capacité de prendre soin de son enfant.

    Une bonne maman, c’est une maman heureuse, qui s’épanouit de la relation avec son enfant. Pour certaines, cela passera par l’allaitement au sein. Pour d’autres, par le biberon.

    Laissez-les trouver leur voie toutes seules. Sans leur forcer la main.

Laissez un commentaire


3 + = douze

Copyright © 2010 Famille vegan. All rights reserved. Powered by Wordpress