Vous êtes ici : Home > Allaitement, Côté médecine, Coup de gueule, Elle > Comment les vilains gens de la maternité auraient pu faire foirer mon allaitement, mais en fait non

Comment les vilains gens de la maternité auraient pu faire foirer mon allaitement, mais en fait non

go to link Bonsoir, dites-donc, ça sentirait pas un peu le « au secours je viens d’avoir un bébé j’ai plus le temps d’aller faire pipi mais ça m’arrange puisque je ne peux plus m’asseoir » par ici ? Je profite du fait que mon Radis soit assoupi à côté de moi (à côté de moi, et pas sur moi, la nuance est de taille) pour vous donner des nouvelles. Ah non, il se réveille.

http://gpsfrontier.com/ching-sister-fingering-pussy Je disais donc… Ah oui, je voulais raconter, pour résumer, comment c’est un peu pas facile d’allaiter tranquillement son lardon à la maternité sans qu’une horde d’aides-soignantes de mes deux viennent te prendre le chou. Comment ça, je suis un peu rancunière ?

http://bestdofollowlinks.com/krissy-lingerie-sweet-video

http://ajandekshop.biz/machine-made-pleasure Que je t’explique. Quand tu accouches, ton bébé est pesé et puis, c’est bien normal, il perd du poids. L’objectif, c’est qu’il en reprenne, évidemment, et sans trop tarder. Quand on allaite, le bébé peut perdre un peu plus de poids que la courbe classique utilisée dans les maternités et qui concerne les bébés nourris au biberon, et il peut mettre un peu plus de temps à en reprendre, la montée de lait pouvant, selon les femmes et les circonstances, un peu tarder à venir.

source Dans mon cas, les circonstances en question n’ont pas été catastrophiques, mais elles ont suffit à nous faire passer pour les emmerdeurs de l’étage. J’ai commencé par rencontrer quelques problèmes pour la mise au sein. Quelques essais ratés, et voilà que mes tétons se transforment en framboises. Je te jure, je regrette de ne pas avoir pris de photo. Grandiose je t’assure, de quoi illustrer la définition du mot « crevasse » dans le dictionnaire. Ajoute à cela un bébé amorphe, rapport à une jaunisse certes bénigne mais fatigante tout de même, et qui a tendance à s’endormir pendant la tétée, et voilà une montée de lait qui tarde et un bébé qui stagne en termes de poids. A j+3, donc, ma montée de lait commence à peine, et évidemment notre petit Radis est toujours en dessous des courbes.

http://nevers-enseignes.com/red-head-porno-video « Votre bébé a faim, il faut lui donner à manger », me dira l’aide-soignante à de multiples reprises. « Va te faire foutre, connasse », aurais-je du répondre, mais mon bébé ayant hurlé toute la nuit et mon accouchement m’ayant laissée dans un état que je qualifierais pudiquement de « un peu douloureux », je ne suis pas vraiment en état de répliquer. Alors je pleure, beaucoup, et je stresse parce que parallèlement à cela, mon bébé doit passer plusieurs heures chaque nuit sous des lampes pour soigner sa jaunisse et ça j’aime pas bien même s’il ne se trouve alors qu’à quelques dizaines de mètres dans la nurserie de l’étage. Heureusement, je n’ai pas perdu la mémoire et j’ai beau être dans un état proche de la loque, j’ai beaucoup lu sur l’allaitement durant ma grossesse et je sais qu’un bébé au sein perd un peu plus de poids qu’un bébé au biberon, que la montée de lait peut tarder un peu et que oui, c’est normal que mon petit réclame et que tout va finir par rentrer dans l’ordre. « Votre bébé a faim », me dit donc l’aide-soignante. « Il faut le complémenter dès ce soir s’il n’a pas repris de poids », ajoutera le pédiatre lors de sa visite (comprenez : « Il faut lui filer un biberon à base de lait de vache »). « Nous ne voulons pas de compléments », arrivons-nous à répondre. « Laissez-moi faire mon travail » sera la phrase qui conclura ce bref et frustrant entretien. Moi, je ne veux pas le complémenter, car je sais que 1/ pour que la montée de lait se fasse et que la lactation se mette en place, il faut que le sein soit stimulé et un complément = une stimulation en moins et que 2/ dans cette maternité comme dans tous les autres, les laits maternisés sont à base de lait de vache, et donc pas vraiment vegans.

waxing the vagina Là, il faut que je vous dise un truc. Un truc tout con, un truc évident mais qui ne vous semble pas forcément aller de soi lorsque vous êtes de jeunes parents désemparés, en pleine angoisse post-accouchement avec un bébé qui passe des heures sous des lampes  pour cause d’ictère : si vous ne voulez pas qu’on complémente votre bébé, si vous ne voulez pas qu’on fasse quoi que ce soit à votre bébé, d’ailleurs, personne ne peut vous y contraindre. Vous pouvez même le prendre sous le bras et vous barrer si vous le voulez (s’il est malade, ce n’est évidemment pas recommandé, mais une prise de poids jugée insuffisante n’est pas une raison valable pour vous retenir contre votre gré). Mais bon, ça, sur le moment, on ne s’en rend pas compte et comme je l’ai dit, nous sommes séparés de notre bébé plusieurs heures chaque nuit et n’avons plus qu’une crainte : qu’on le complémente dans notre dos. Ce qui ne nous paraîtrait guère étonnant vu la tronche de la couverture pour carnet de santé avec laquelle nous sommes repartis :

http://rustymillertennis.com/ms-korean-milf

hairty pussy Il a donc fallu déclencher le plan Orsec ; pas question que notre mioche soit complémenté, si d’aventure nous n’arrivions pas à lutter, avec du lait maternisé issu de pauvres vaches martyrisées. Il nous faut donc mettre la main sur du lait maternisé végétal, destiné aux bébés intolérants au lactose. Et là, je pense que nous pouvons remercier la communauté vegan que nous avons appelée à la rescousse à cette occasion. Quelques coups de fils, quelques informations et un bon sprint plus tard, mon Capitaine Carotte débarque avec une boîte de Modilac Riz, suivi de près par Laura VeganPower et Sébastien Kardinal qui nous ramènent pour leur part une boîte de Modilac Soja.

L’histoire finit bien, heureusement, puisque mon allaitement est aujourd’hui bien en place. Notre petit Radis n’aura en tout et pour tout reçu que 40 ml de complément vegan, et nous aurons pris soin de mentir en affirmant que oui, nous avons bien donné du rab sous forme de lait maternisé à notre fils après chaque tétée… Un mensonge qui n’aura pas empêché notre bébé de reprendre du poids en temps et en heure, pile poil pour un retour chez nous le 25 décembre.

Alors elles sont bien jolies, les recommandations de l’OMS qui affirment que le lait maternel est le meilleur aliment pour le bébé. Mais dans les maternités, on ne peut pas dire que ça suive et il vaut mieux être renseigné pour tenir le coup et ne pas tout arrêter. « Vous savez, j’ai fait des formations, je sais de quoi je parle », vous balance la sage-femme qui veut vous faire accepter que ce n’est pas normal que vous refusiez un complément à votre bébé, vous voulez le laisser mourir de faim ou quoi ? « Oh mais madame, le lait, c’est comme le sang des règles, ou le liquide amniotique, on n’en a pas toutes la même quantité », ajoutera l’aide-soignante qui tentera pour sa part de vous habituer à l’idée que côté allaitement, c’est pas gagné pour vous. Juste une chose, pour finir : n’écoutez pas celles et ceux qui vous diront que vous ne pouvez pas allaiter. On a toutes, dans notre entourage, une personne de la génération de nos parents qui nous dira qu’elle a du arrêter son allaitement parce qu’elle n’avait pas assez de lait. C’est faux : nous sommes faites pour ça. Notre lactation s’adapte à notre bébé, et augmente lorsqu’il a besoin de plus et diminue lorsqu’il commence à téter moins souvent en grandissant. Il est même possible de n’allaiter que d’un seul sein, après une ablation suite à un cancer par exemple.

La seule chose qu’on puisse conseiller aux futures mamans à ce stade, c’est de se renseigner. Sur le site de la Leche League, par exemple. Ou en assistant à une réunion organisée par des associations d’aide à l’allaitement. En lisant des livres. En surfant sur des blogs pro-allaitement sur lesquels vous pourrez lire des témoignages positifs. Ne laissez personne vous dire que oui bon, l’allaitement, c’est bien joli mais c’est pas dit que vous y arriviez. Si vous voulez allaiter, vous allaiterez, même si vous en chiez, pour peu que vous ayez constitué autour de vous un réseau constitué d’interlocuteurs à même de vous renseigner efficacement. Sur ce, bons nichons !

 

  • Digg
  • Del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • Twitter
  • RSS

21 réponses à “Comment les vilains gens de la maternité auraient pu faire foirer mon allaitement, mais en fait non”

  1. Christell dit :

    raa la la, effectivement, faut être bien préparée à ce genre de réflexions, quand même, ça me fout les nerfs de lire ça!
    comme tu le sais, pour moi c’est dans quelques jours, mais y a pas moyen qu’il essayent de me faire foirer mon allaitement !!!
    biz les Radis-Brocolis-Carotte

  2. Oh alors quel courage! mon allaitement a été catastrophique également, je ne m’étendrais pas trop là dessus, mais ce qui m’a le plus choqué c’est la manière dont les aides soignantes vous chope le sein comme une masse informe et le colle sur la bouche de votre bébé à peine né, appui sur le téton (MON téton) pour essayer de « bien vous placer ». Ça n’aide pas vraiment à la motivation.

    • le bris dit :

      cela m’est arrivée aussi, ma fille a été allaitée mais ses premiers jours ont été très galères,

      césarienne, bébé qui ne tétait pas comme il fallait, crevasses, repositionnement de la tête toutes les 2 minutes par les sages femmes, la petite qui pour finir hurlait dès que l’on l’a posait sur mon sein, le stress qui monte qui monte. elle pesait 3.460 à la naissance et a chuté à 3 kg, (catastrophe selon certaines sages femmes!!! ).

      Heureusement avec beaucoup de persévérance, d’entêtement et en essayant en parallèle le tire lait de la maternité, c’était dans la poche. Le plus dur pour moi ça a été les infos sans cesse contradictoires qui m’ont déstabilisé dans un moment vulnérable comme celui de devenir tout jeune parent, on écoute la parole des sages, on oublie de se faire confiance et d’écouter bébé, mais quand on l’a comprit, ça roule tout seul.

      La petite a maintenant 2 ans et demi et boit …. toujours le lait de sa maman!! il faut se faire confiance, ne pas se prendre la tête sinon c’est foutu

  3. LittleFroggy dit :

    Ah là là, c’est tellement vrai… C’est à la maternité que l’on entend le plus de perles sur l’allaitement je pense ;-). Sinon, pour l’anecdote, j’allaite d’un seul sein depuis 12 mois, ma fille (30 mois) ayant jugé que le lait n’était plus à son gout sur le sein droit (suite à mon retour de couche ;-)). Alors que je me souviens de l’auxiliaire de puer en chef m’avait sorti « 10mn sur chaque sein à chaque tété, pas plus, vous n’êtes pas une tétine »…. mais bien sur ;-)!

  4. Sandrine dit :

    Ca me choque énormément que ce genre de choses puisse arriver dans une maternité certifiée favorable à l’allaitement. Il n’y a pas moyen de raconter ça à qui de droit pour qu’ils se fassent remonter les bretelles ou retirer cette publicité mensongère ?!
    A noter : mettre une boîte de lait maternité dans la valise de maternité !

  5. Didine dit :

    BRAVO pour votre témoignage et votre résistance malgré les émotions…
    Vous êtes de dignes parents vegans!

  6. Marie dit :

    Purée je crois que ce le passage à la maternité à l’air plus flippant que le fait d’accoucher, ce manque de respect des personnes et l’infantilisation des mamans c’est gerbant. Et pour des vegans c’est vraiment le parcours du combattant… Vous êtes un peu des mini-warriors quand même :) Merci de montrer que c’est possible, malgré les kilos de bâtons dans les roues.

  7. Estelle dit :

    Franchement c’est aussi pour ça que je souhaiterai pouvoir vivre mon 3ème accouchement en juillet chez moi, encadrée et aidée d’une sage-femme libérale plutôt qu’à la maternité où l’accueil est plus que glacial et où on se sent limite de trop parfois, quand on s’en prend pas la gueule gratuitement lors des accouchements !
    A choisir si c’est possible je préfère accoucher de mon ou ma petite troisième chez moi plutôt que dans un endroit trop aseptisé, loin de mes repères et des miens pendant plusieurs jours !
    Car oui à l’hosto lors d’un accouchement « normal » ils se contentent juste de vous mettre un cathétère dans le bras qui est super chiant et plus inconfortable qu’autre chose (quand ils vous font pas exploser une veine car ils s’y prennent comme des manches à balai si si on me l’a fait une fois, ils ont du repiquer 3 fois avant d’y arriver lol) ! et le monitoring etc !

  8. Caroline dit :

    J’apporte mon témoignage positif ! eh oui ! ça arrive aussi ! La clinique dans laquelle j’ai accouché est top ! L’accouchement a été très bien accompagné, les séances de préparation aussi d’ailleurs et à la maternité, les sage-femmes étaient vraiment très délicates et professionnelles. J’ai été conseillée pour les positions d’allaitement, tout en douceur et respect. Et quand j’ai eu besoin d’écoute et de conseils dans les 2 mois qui ont suivis, ben je me pointais, et j’étais reçue avec le sourire, et j’étais écoutée, rassurée, et bien sur conseillée !!! Sans compter que ma petite puce était choyée par les sage-femmes ;)
    Je vais faire des envieuses ! ben venez dans le 77 ;) en plus j’ai un super biocoop aussi hihi

  9. lemal dit :

    Alors je vien au nouvelle, comment se passe l’allaitement depuis le retour à la maison? bien je l’espère.
    Bonne continuation lactée

    • Miss Brocoli dit :

      Bonsoir, j’ai allaité en exclusif jusqu’aux 7 semaines du Radis puis en mixte jusqu’à ses 3 mois ou 3 mois et demi et depuis au biberon exclusif ;)

  10. Larissa dit :

    Bonjour,
    Je voulais juste vous remercier. Mon fils est né le 31 juillet et malheureusement mon allaitement a été foiré, ce que je ne digère pas encore – merci le baby blues, aussi. Mais au moins grâce à ce post j’avais prévu un filet de sécurité et avais commandé une boîte de Modilac Riz à l’avance au cas où. Quand on a commencé à me parler compléments, j’ai pu parler de ce lait au pédiatre (un pédiatre ouvert au végétalisme qui suit notre fille aînée et dit que c’est une de ses patientes les moins malades!) qui a confirmé qu’il était approuvé par les allergologues et ben toléré. Et maintenant qu’il faut malheureusement passer à autre chose, on nourrit notre fils au Modilac Riz. Mon fils est et reste donc vegan, ouf!
    Donc merci pour ce post et pour ces infos, qui m’ont permis de maintenir mes valeurs et de respecter à la fois mon fils et les vaches.

    • Miss Brocoli dit :

      Bonjour, je suis désolée que votre allaitement n’ait pas fonctionné. Lorsque j’ai écrit ce post j’allaitais encore mais j’ai également eu des soucis et j’ai finalement arrêté. On fini par s’y faire ; aujourd’hui j’en arrive presque à regrette de m’être acharnée ainsi car dans mon cas c’est ce qui s’est passé.

      Si je peux simplement me permettre une chose, votre fils n’a que 2 semaines, et selon mon expérience ce qui aurait pu m’aider c’est de consulter rapidement une consultante en lactation, et de ne pas attendre plus d’un mois comme je l’ai fait. J’étais allée voir Véronique Darmangeant, pour moi c’était hélas trop tard car trop de mauvaises habitudes prises par mon fils, mais au cas où cela vous dirait, elle donne des rdv rapidement et peut se déplacer : http://www.allaiteraparis.fr/ Ceci dit vous n’êtes peut-être pas sur Paris, dans ce cas il y a la Leche League qui pourrait vous donner des adresses.
      Dans tous les cas, sachez qu’on fini par s’y faire, ça pique un peu quand on y repense mais cela ne fait pas des bébés plus souvent malades que les autres. Même si on n’allaite pas, une grossesse vegan et un lait artificiel vegan sont autant de choses qui offrent à un enfant un très bon départ dans la vie. Et je suis sûre qu’ils ne nous en voudront pas en grandissant :)

      • Larissa dit :

        Merci pour votre réponse. J’ai déjà vu une consultante en lactation, à la maternité, puis une sage-femme sépcialisée à la maison. Mais quand le choix a été de passer des heures avec un tire-lait pour relancer la lactation ou de profiter des premières semaines de mon fils et d’avoir quelques minutes pour ma grande, malgré ma tristesse je n’ai pas hésité longtemps. Ces premières semaines passent tellement vite!
        Ah, et je ne suis effectivement pas sur Paris, je suis à Bruxelles ;-)

        Je pense qu’ils ne nous en voudront pas non plus si nous leur expliquons bien les raisons de nos choix.

        • Miss Brocoli dit :

          Oui je comprends, et quand j’y repense j’aurais sûrement fait le même choix si j’avais pu avoir plus de recul sur le moment !
          Bonne continuation et profitez bien de votre petit bébé ! :)

  11. Framboise dit :

    Je n’ai pas encore d’enfant, mais je songe à une possible grossesse (même si pas tout de suite) et étant vegan je me pose beaucoup de questions.
    Dans une société où l’allaitement est en « vogue » (si je puis dire) ou du moins où nous sommes mieux informés sur l’allaitement, où les femmes n’ont plus peur de le crier haut et fort, je me sens un peu à l’écart. En effet, je ne souhaite pas allaiter mes enfants. Cela a toujours été ainsi et ce sentiment se renforce de plus en plus avec l’âge. Je n’y peux rien, cela ne fait pas partie ni de mes envie ni du mode de vie que je veux avoir , bref même si je peux paraitre dure pour beaucoup ça me répugne. Mais attention , ce sentiment ne me concerne que moi (et seulement moi). Je trouve l’allaitement magnifique, très louable je suis la première à reconnaitre que c’est ce qu’il y a d plus naturel mais je ne peux l’envisager pour moi . MAlheureusement lorsque j’en parle dans mon entourage (toutes mes amies ont des enfants et allaitent) je passe pour une idiote, une femme qui n’y connait rien et on me sort régulièrement que je serais une mauvaise mère..
    En me renseignant sur un groupe FB, on m’a parlé de ce blog, où les laits infantiles vegans y été cités (et bien que sur ce groupe j’ai aussi eu droit à des petits MSG moralisateurs, je continue de rester sur mes positions et donc je suis venue voir. Et je découvre donc ces laits vegans que je ne connaissais pas et je me sens rassurée dans l’éventualité où un jour j’aurais un enfant. Je suis rassurée de voir qu’il sera possible pour moi de rester dans le veganisme avec mon enfant sans que quiconque essaie de me faire culpabiliser parce que je n’allaite pas.

    Encore 1000 mercis pour ces infos je sens que je vais lire ce blog en long, en large et en travers et qu’il va finir dans mes favoris (ben voui pas besoin d’enfants pour devenir fan pp

    • Miss Brocoli dit :

      Bonsoir,
      C’est vrai l’allaitement est une chose magnifique et il y a autant de profils que de femmes ; il y a celles qui ne veulent pas, celles pour qui ça coule de source (haha), celles pour qui c’est difficile mais qui y arrivent, celles qui veulent mais qui n’y arrivent pas… Au final, c’est de votre corps dont il s’agit, nous n’avons pas toutes le même rapport à nos seins, à notre idée de la maternité, et tout cela finit par se mélanger et à nous aider à faire notre choix.
      J’imagine bien les critiques que vous devez recevoir. Les gens ne sont pas tendres avec moi alors que j’ai tout fait pour que cela fonctionne donc j’imagine ce que vous devez entendre ! Ceci dit, au final c’est à vous que revient la décision. Il est même possible de tirer son lait et de le donner au biberon, c’est dire si les choix sont variés.
      Donc OUI il est possible de donner le biberon à son bébé tout en étant assurée qu’il soit vegan ! Reste à voir ce que vous souhaiterez dire au pédiatre ; choix personnel, historique d’allergies dans la famille, intolérance, etc. Mais au final, c’est votre choix et vous n’avez pas à vous justifier ni à entrer dans les détails même si bien souvent quand on devient maman il faut faire face à tous les conseils bien intentionnés qui fusent d’un peu partout !
      Merci pour votre message en tout cas et tenez-nous au courant lorsque vous aurez décidé de lancer un projet bébé ! :)

  12. andraia dit :

    Bonsoir/bonjour,

    Oui, je sais il est tard ou tôt, mais j’ai des insomnies gourmande. ^^

    Je suis enceinte et j’ai très envie d’allaitée par la suite, mais comme je ne sais pas comment ça se passera, j’ai vu sur votre superbe blog (très riche en info et magnifiquement bien fait), qu’on pouvais donner du Modilac Riz ou Soja, si problème en allaitement.

    Le truc, bon aussi j’y connais vraiment rien sur les lait en poudre, sur le site de modillac je ne vois que pour 2eme âge genre les modillac sja et riz, je vois qu’on donne à partir de 6 mois.

    Est ce qu’il ya toujours du modillac soja et/ou riz pour 1er âge ? à partir de la naissance ? ou d’une autre marque ?

    Car même si je foire mon allaitement, j’aimerais quand même aussi évité le lait de vache, j’aimerais assez que ça sois un bébé vegan.

    Merci et désolée pour le message un brouillebrouille.

    Votre blog me donne grave l’espoir depuis que j’ai appris ma grossesse, de pouvoir faire une grossesse vegan et d’avoir un bébé vegan. :-)

    Bonne année à vous.

    • Miss Brocoli dit :

      Bonjour, félicitations pour votre grossesse :)
      Je pense que le site de modilac n’est pas à jour, je ne vois pas trop pourquoi ils continueraient le 2ème âge et pas le 1er. N’hésitez pas à demander à la pharmacie ! Celui au riz est celui que vous trouverez le plus facilement (je n’ai jamais vu soja !).
      Ceci dit vous avez de grandes chances que votre allaitement se passe bien donc pas de panique !

  13. andraia dit :

    Bonsoir.

    Merci :-)

    Ah ok, Merci c’est vraiment gentil à vous.

    Pleins de bonne choses pour vous ^^

  14. andraia dit :

    Voila j’ai accouché le 16 juillet, d’une petite princesse.

    L’allaitement à eu du mal à se mettre en place (toujours actuellement il y a pas mal de difficulté, notamment, mastite, tété toute les 30min à 3h, à la demande).

    Mais franchement je ne veux absolument passer au biberon, l’impression de passer à coter de quelque chose de fort entre elle et mois….. la gourmandise du miam lol

Laissez un commentaire


neuf × = 72

Copyright © 2010 Famille vegan. All rights reserved. Powered by Wordpress