Vous êtes ici : Home > Accouchement > Alors donc, nous sommes trois

Alors donc, nous sommes trois

Cette fois, ça y est. Il fallait bien y passer un jour, hein. Je veux dire, il fallait bien qu’il finisse par sortir cet enfant, ce bébé que j’avais couvé pendant neuf mois. Il est arrivé avec un peu d’avance, une dizaine de jours, et totalement par surprise. Moi, je pensais que je verrais le truc arriver. Les petites contractions préparatoires, le bouchon muqueux, ces choses-là. Que dalle. J’ai perdu les eaux un lundi, alors que je sortais de la douche après une grasse matinée et me préparais à un après-midi tricot pépère, et moins de deux heures après minuit, notre Radis était là.

Tu le sais déjà, l’accouchement a été difficile. J’avais beau avoir lu des livres (plus trop sur la fin, trop la trouille), avoir suivi des cours de préparation à la naissance, rien n’aurait pu me préparer à ce que j’ai vécu cette nuit-là. Installé les pieds en bas (j’avais bien rendez-vous chez l’acunpuncteur… oui, mais trois jours trop tard), notre petit bébé a fait tout ce que les gynécologues et sages-femmes du monde entier redoutent pour un accouchement par le siège, à savoir se tourner pour présenter le dos vers le bas et lever un bras. Et si le travail m’a semblé presque facile, ou dans tous les cas franchement gérable (mesdames, si vous avez la possibilité de faire le travail dans une baignoire, n’hésitez pas une seconde), l’expulsion, comme on dit dans le jargon, a été bien plus compliquée alors que curieusement, allez savoir pourquoi, j’aurais imaginé le contraire. Il a donc fallu pousser, crier, appuyer, transpirer, couper, saigner. J’ai cru mourir à chaque contraction, j’ai supplié qu’on abrège cette torture, je me suis demandé comment j’avais bien pu me retrouver là, à hurler comme une forcenée alors que deux sages-femmes et un gynécologue tentaient par tous les moyens de faire sortir mon bébé en prenant des décisions qui me vaudraient par la suite une convalescence douloureuse et à ce jour toujours pas terminée. J’ai pensé péridurale, j’ai pensé césarienne, mais c’était trop tard pour ça. C’était pas vraiment comme dans les films, poussée express et bébé tout rose et tout propre. Je me rappelle avoir regardé à plusieurs reprises par la fenêtre entre deux contractions. Je crois qu’il pleuvait.

Et puis il a finalement fallu laver le sang, appuyer encore un peu, recoudre et désinfecter. Et alors, enfin, il y a eu mon bébé. J’ai eu peur, durant 9 mois, de cette rencontre. J’ignorais à quoi il ressemblerait, j’ai eu parfois peur de ne pas être capable de m’attacher à lui et j’avoue, maintenant je peux le dire, avoir regardé les bébés dans les catalogues de tricot et avoir espéré que le mien soit aussi beau. Je n’ai pas dormi durant les 36 heures qui ont suivi mon accouchement, tellement je le trouvais adorable. Mon bébé a de grosses joues, des petits plis partout, de grand yeux gris et une bouche bien dessinée. Quand il a terminé de téter, il a plein de lait qui coule le long de sa joue. Il fronce les sourcils, sourit dans son sommeil, gigote. Je suis tellement j’étais fière d’avoir fabriqué cet être-là et de lui avoir donné naissance malgré toute cette douleur. Il paraît qu’on fini par l’oublier. Je n’en suis pas encore là, mais je peux déjà dire que ça valait largement le coup. Il est dans la pièce d’à côté, avec son papa. Il me manque, alors je vais arrêter là mon récit, si vous le voulez bien, et aller le retrouver.

  • Digg
  • Del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • Twitter
  • RSS

5 réponses à “Alors donc, nous sommes trois”

  1. Mathilde dit :

    Magnifique récit, félicitations!

  2. VeganPower dit :

    ♥ Je suis émue en te lisant c’est si beau, si touchant. Tu peux être fière, ce p’tit bonhomme est tout cute et tu l’as bien décrit (oui oui, d’un oeil extérieur c’est une bonne description du p’tit radis).
    Des gros bisous et à très vite j’espère ♥

  3. Sandrine dit :

    Merci d’être venue ajouter ta version si vite, malgré la convalescence. Je te souhaite qu’elle se passe au mieux et que vous puissiez profiter au maximum de votre bonheur à trois.

  4. Christel dit :

    Bonsoir,
    Toutes mes félicitations et bon rétablissement.

  5. arnelae dit :

    J’espère que tu t’es rétablie, enfin ça va mieux et que tu te rétablis peu à peu car ces choses là prennent du temps, et qu’avec les nuits mouvementées et la fatigue, c’est encore + long. Prends bien soin de toi, et oui, ça vaut le coup, c’est la phrase que j’ai dite -m’en souviens- à la sortie de ma 1ère Puce… gros bisous

Laissez un commentaire


deux × = 16

Copyright © 2010 Famille vegan. All rights reserved. Powered by Wordpress